Une information sur l’avancement des projets menés dans les différents pays d’Afrique

lundi 13 novembre 2017
par  ALAIN Catherine

Aide et Action International Afrique nous fait un état des lieux sur les différentes actions qui sont menées au Bénin, au Burkina Faso, au Togo, en Côte d’Ivoire, à Madagascar, au Mali, au Niger, au Sénégal et en Guinée.

Au Bénin, le projet d’électrification solaire « A light for Africa » a pour objectif de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’éducation par la promotion de types d’énergies non destructifs de l’environnement. L’éclairage des salles de classes et des cours d’écoles facilite les apprentissages surtout pour les élèves de familles modestes ne disposant pas d’électricité chez eux. Au-delà de l’électrification, ces écoles ont également acquis du matériel informatique. Les responsables éducatifs, les élus locaux de même que les associations des parents d’élèves des écoles ciblées ont été impliqués à toutes les étapes de mise en oeuvre du projet Certains ont bénéficié d’une formation en maintenance des appareils, ce qui facilitera leur entretien et surtout leur durabilité.

Mené en parallèle, au Bénin, le projet « PHASE » (Projet d’amélioration de l’Hygiène et de l’Assainissement dans les Ecoles) a permis de construire 87 blocs de latrines avec un dispositif de lave-mains, de rampes d’accès pour personnes handicapées ainsi que 62 postes de laves-mains dans les cours de récréations de 45 écoles des communes d’Avrankou, d’Adjarra et Porto Novo, au Sud du Bénin. Pour garantir le bon fonctionnement, la durabilité et la pérennisation de ces infrastructures, une formation a été organisée au profit de 44 artisans locaux.
Par ailleurs, le projet a favorisé l’accès à l’eau (raccordement direct de 18 écoles sur 13 initialement prévues), et a débouché sur la formation de 2322 enfants, dont 17,35 % de filles, aux techniques d’entretien et de gestion des ouvrages sanitaires, citoyenneté, respect du bien public, droits et devoirs des enfants, code de bonne conduite, l’hygiène et assainissement, technique de lavage des mains, techniques de prise de paroles en public.

Au Burkina Faso, le projet « PACTE » (Projet d’Amélioration des Conditions de Travail et d’Enseignement) a fait l’objet d’une convention de partenariat entre le Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation et Aide et Action Burkina Faso pour la réalisation et l’équipement de 51 salles de classe complémentaires, 15 complexes scolaires, 6 salles de classes pour l’école d’application de Dédougou, 3 cybers classes, 3 Centres d’Education de Base Non Formelle (CEBNF) et 6 Centres Permanents d’Alphabétisation Fonctionnelle (CPAF). Ces infrastructures sont réparties dans 16 provinces sur 45 que compte ce pays.

Le projet « AC3ED » (Action Commune Eau Environnement Education pour Demain), cofinancé par la Fondation Rotary, le Rotary Ouaga Millénium, le Rotary Club de Lyon et Aide et Action Burkina a été conçu pour améliorer les conditions de vie de la population de la commune de Yargatenga (région du centre-est du Burkina Faso), notamment l’accès à l’eau potable et un assainissement de base pour tous.

Dans le cadre du projet « PADO3 » (Programme d’Amélioration et de Diversification de l’Offre Educative en Afrique de l’Ouest), soutenu par l’Agence Française de Développement, une session de renforcement des capacités des acteurs de mise en oeuvre des Projets d’Ecole de Qualité (PEQ) dans 30 écoles, s’est tenue du 20 au 22 Avril 2017, sur 3 sites autour de Ouagadougou au Burkina Faso (Loumbila, Réo et Bogandé).

En Côte d’Ivoire, dans le cadre de la mise en oeuvre de la convention du projet « PADO3 », 50 écoles des communes de Bondoukou, Bouaké et Katiola ont bénéficié d’un appui formatif en élaboration des projets d’écoles et de mise en place de gouvernements scolaires. Les acteurs ont été également formés sur :

  • le développement cognitif de l’enfant
  • la prise en charge psycho-sociale de l’enfant
  • le plaidoyer Après deux années de mise en oeuvre, les différents partenaires du projet ont décidé d’instituer un concours pour récompenser les meilleurs projets d’écoles et gouvernements scolaires ainsi que les élèves qui se seraient illustrés au concours d’entrée de sixième de la session 2017. Une session a été organisée dans chacune des communes pour célébrer l’excellence.

A Madagascar, le projet « PAUET » (Projet d’Appui d’Urgence à l’Education pour Tous) prône l’approche communautaire, en déléguant aux communautés locales la responsabilité de mettre en oeuvre leur projet de construction scolaire, y compris la gestion des passations de marchés et la gestion financière, ce qui permet une plus grande appropriation de la gestion de l’école par les communautés bénéficiaires. Une formation en "cascade" a été dispensée, d’abord aux partenaires relais, puis aux membres du comité de gestion de l’école, ainsi qu’un accompagnement pour ces derniers pour mettre en pratique les 5 thématiques abordées lors de la session de formation.
Actuellement la première vague du projet se finalise avec la réception définitive pour 19 des 32 bâtiments à 2 salles équipées. A la fin du premier semestre 2017, la mise en oeuvre de la deuxième vague du projet était à la fin de la phase de construction : les 17 constructions prévues ont été réceptionnées et ont permis d’augmenter la capacité d’accueil des écoles dans les zones concernées. En ce qui concerne la troisième vague, les travaux ont démarré sur les 14 sites que compte le projet. L’avancement est globalement satisfaisant.

Au Mali le projet « PAQAMA » dans la région de Gao (située sur le fleuve Niger) interviendra, au cours des trois années entre 2017 et 2019, sur trois principaux volets de l’éducation : l’Accès, la Qualité et la gouvernance de l’éducation fondamentale et secondaire.
Ainsi pour l’accès, la construction de 32 nouvelles salles de classes dans 11 écoles est prévue, ainsi que la réhabilitation et l’équipement de 156 salles de classes dans 40 écoles en construisant 20 blocs de 2 latrines et 5 points d’eau potable accessibles également aux élèves à mobilité réduite. Quant au volet qualité, 24 encadreurs pédagogiques seront formés, qui formeront à leur tour 50 directeurs d’école et 402 enseignants afin d’améliorer la performance des enseignements. Sur le volet gouvernance, le projet prévoit de mettre en place et de redynamiser 50 structures communautaires.
Toutes les autorités éducatives de Gao sont impliquées dans la mise en oeuvre du projet pour l’amélioration de l’accès et de la qualité de l’éducation.

Au Mali, le projet « ATIC » (Apprendre par les Technologies de l’Information et de la Communication) a pour objectif la dynamisation des apprentissages des maîtres du primaire par le mobile. Il est mis en oeuvre par Aide et Action International dans la région de Sikasso, avec l’Agence Française de Développement pour partenaire financier. Suite à la décision du Ministère de l’Education Nationale, un atelier a été organisé pour préparer la conception des ressources pédagogiques. Le projet travaille avec 280 écoles primaires rurales des régions de Sikasso et Koutiala, avec, comme bénéficiaires, 560 maîtres de 5ème et 6ème année et 280 directeurs d’écoles.

Au Niger, le projet « SCOFI » (Projet d’appui à la Scolarisation des Filles au Secondaire) est intervenu dans 15 collèges des régions de Maradi et de Zinder, touchant directement 500 filles et 500 familles d’accueil.
Après 4 ans de mise en oeuvre, le projet a permis à :

  • 320 filles (soit 64%) d’être maintenues dans le système scolaire
  • 251 filles (soit 50,2%) d’atteindre le niveau 3ème sans redoublement
  • 10,6% des jeunes filles et 21,1% sur les 251 arrivées en classe de 3ème sans redoublement, d’obtenir le BEPC.

Aide et Action Sénégal, dans le cadre du Programme d’Amélioration de l’Education de Base en Casamance (PAEBCA), a mis en place des formations, assurées par l’équipe de Sédhiou, auprès de 46 relais communautaires, choisis par les maires de communes au sein des 3 départements de la région, à savoir Sédhiou, Bounkiling et Goudomp. L’objectif était d’impliquer davantage les collectivités locales et les communautés dans la gestion de l’école.

Dans le cadre de la réalisation des activités du projet « EAF » (Ecole Amie des Filles), une mission d’Aide et Action Guinée, dirigée par le Responsable Mission Educative et accompagnée par la coordinatrice du projet, a séjourné, les 12 et 13 juillet 2017, à Walia dans la région de Boffa, avec la visite de l’école et le poste de santé en construction, ainsi qu’à Dabiss dans la région de Boké, où elle était attendue pour la dotation en médicaments du centre de santé.

Pour plus de détails, voici la newsletter d’Aide et Action International Afrique. Je vous recommande, entre autres, la lecture du Code de bonne conduite des écoles qui est très édifiant !


Agenda

<<

2018

 

<<

Janvier

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois